Animes·Chroniques 2018·Coups de coeur

Parenthèse du dimanche #3 – March Comes In Like A Lion

Voilà dimanche arrive et cette semaine j’ai envie de vous parler d’un anime qui a marqué mon année 2017 : March Comes in Like A Lion. Entre janvier et mars 2017, souvent le matin je regardais un épisode, je m’étais arrêtée à la fin de la saison 1, la saison 2 a démarré et le rituel du matin recommence.

Je l’ai découvert grâce à la plateforme de streaming en ligne Wakanim mais j’ai vu qu’il était également disponible sur Crunchyroll.

L’anime a été réalisé sous la direction de Kenjirō Okada, Naoyuki Asano et Akiyuki Shinbo. Pour ceux qui préféreraient le découvrir en version papier, sachez que cet anime est avant tout un manga, écrit par Umino Chica et publié chez Kana, mais dans cet article je ne vous parlerai que de l’anime.

L’histoire

March Comes In Like a Lion fait parti de ses mangas tranches de vie, avec la particularité qu’il évoque un monde peu connu en France, le monde du shogi (les échecs japonais).

march-comes-in-like-a-lion-tome1 _ manga

Enfant, Rei Kiriyama a perdu sa famille dans un accident. À 17 ans, Rei est aujourd’hui un joueur professionnel de shogi encore accablé par un profond sentiment de solitude. Un jour, son quotidien va être bouleversé par sa rencontre avec les trois soeurs : Akari, Hinata et Momo. C’est une histoire de personnes qui vont se battre pour récupérer ce petit quelque chose qu’elles ont perdu.

L’anime est à la fois un prétexte pour parler du shogi mais aussi pour montrer des moments de la vie des personnages et poser des questions sur la vie, la solitude, le spleen, le bonheur etc. On suit le personnage principal Rei Kiriyama, joueur professionnel de shogi. Comment se retrouve t-on pro à 17 ans? C’est quoi la vie d’un joueur pro de shogi au Japon? Mais aussi pourquoi ce caractère introverti, solitaire, voire même triste? On prend plaisir à découvrir cet univers et on savoure ces épisodes tranches de vie les uns après les autres, avec de vraies pépites de joie, de bonheur mais aussi des moments de solitude intense ou de tristesse. On passe de l’un à l’autre avec également des scènes très humouristiques, légères qui soulignent avec justesse l’inattendu de la vie.

J’ai aimé et j’aime encore découvrir le monde professionnel du shogi, les tournois, les grades, mais aussi les règles : il y a dans plusieurs épisodes quelques passages un peu « tuto » dessin-animé où des chats jouent le rôle des pièces d’échec et une petite histoire est mise en scène pour expliquer les règles de bases, ça fonctionne bien. Mais au-delà du shogi, j’ai aimé suivre le développement des personnages et de leur psychologie. Rei Kiriyama est attachant, au fur et à mesure des épisodes on en apprend plus sur lui, on a envie de lui tendre la main, on éprouve de la sympathie. C’est quelqu’un de très solitaire, il vit seul, il a perdu ses parents très jeune, on sent une félure et petit à petit on comprend. On nous apprend comment il est devenu joueur professionnel, qui il est, comment il est devenu ce qu’il est. Il est en quête de lui-même.

Mais s’il n’y avait eu que Kiriyama et le shogi je n’aurais pas autant aimé cet anime. A l’ensemble est ajouté une bonne dose d’humour permettant d’apporter un peu de fraicheur. Mais il y a aussi tous les personnages secondaires et notamment Momo, Hinata et Akari, trois soeurs qui vont venir bouleverser le quotidien de Kiriyama. Mon personnage préféré étant Momo, la plus jeune soeur qui est juste trop craquante *.* Mais les deux autres soeurs ne sont pas en reste, toutes ont leur fragilité, le petit quelque chose qui vous fait craquer. Il est beaucoup question de nourriture, notamment avec les trois soeurs dont le grand père tient une patisserie, mais aussi parce qu’elles invitent Kiriyama à partager leurs repas, il y a énormément de moments de partage et de convivialité.

momo gif

Parmi les personnages, il y a aussi son rival et nouvel ami Nikaïdo, souvent associé à des moments de rires et de détente, il est un peu l’opposé de Kiriyama, très souriant, très exhubérant. Si au départ on peut être exaspéré et se dire qu’il en fait trop, son arrivée permet souvent de désamorcer des moments noirs de déprime ou de solitude. Dans son lycée il est épaulé par un professeur admiratif de son parcours au shogi et qui essaye de l’aider le plus possible. Pleins de personnages rentrent petit à petit dans sa bulle. Et petit à petit, sa vie reprend des couleurs lentement mais surement, lui qui ne vivait que pour le shogi apprend à sociabiliser et touche du doigt un bonheur qu’il ne connaissait pas et qu’il n’attendait plus.

Les passages de matchs, les défaites, les victoires nous en apprennent aussi beaucoup, une vraie métaphore de la vie et de ses obstacles.

Et cette palette de personnages différents autour de lui, l’importance qui leur est donnée (même aux personnages secondaires) et le développement des relations entre eux est vraiment sont vraiment bien rendus.

L’animation

J’ai tout de suite été happée par ce très bel anime qui en plus d’offrir des histoires intéressantes, nous montre une animation très belle et bien développé en accord avec l’esprit du manga d’origine. L’opening nous en donne un bon aperçu, avec en plus une bande-son vraiment superbe (autant les opening, que les ending des deux saisons)

Il y a de quoi ravir les yeux et les oreilles. L’animation colle à la narration et à ce que vivent les personnages, il y a un traitement particulier des couleurs (du pastel au très sombre selon l’ambiance souhaitée), des ombres, des éléments naturels (vent, eau, pluie), l’expression des sentiments (colère, solitude, apaisement, tristesse, joie, etc.). Les personnages se fondent au besoin dans les décors pour illustrer la solitude, le fait d’être englouti par la déprime, la tristesse, mais tranchent aussi parfois et passent d’un moment de pure tristesse à un moment de joie, voire de rire. Il y a une vraie harmonie entre animation et narration et j’ai aimé cette identité graphique.

Bilan

On a donc ici un très bel anime qui vaut vraiment le détour, avec des personnages attachants et variées et qui de manière très juste et très fine nous livre des moments, des instants de la vie que l’on savoure avec plaisir ! J’espère vous avoir donné d’aller le découvrir.

NB : Vous pouvez regarder le premier épisode gratuitement sur Wakanim en vous inscrivant.

Et vous que regardez-vous en ce moment?

4 commentaires sur “Parenthèse du dimanche #3 – March Comes In Like A Lion

    1. Ah tant mieux, ça me fait plaisir, merci de ton retour ! J’avais fait le démarche inverse (anime puis manga) et j’ai trouvé que les deux supports avaient quelque chose à appporter, j’espère que l’anime te plaira, il faudrait de mon coté que je reprenne la lecture des mangas, je suis allée beaucoup plus loin dans l’anime et je fais très peu de « double » lecture (manga/anime), je préfère ne suivre qu’un média à la fois, pour cette série, c’est un peu une exception ^^ j’aime bien comparer et voir les choix d’adaptation, comment sont rendus certaines ambiances, etc.

      J'aime

      1. C’est vrai que chaque version peut apporter des choses différentes (je pense aux quelques fois où j’ai vu un épisode de Death Note, où il avait plus d’explications que dans le manga). Après, est ce que la trame narrative est la même que celle du livre ? Je ne fais pas non plus beaucoup de « double » lecture. La dernière, c’était Erased et j’avais été assez déçue de la fin de l’anime ! Heureusement que le manga rattrapait le coup ! ^^

        J'aime

      2. J’aurais du mal à répondre à cette question, j’ai l’impression que la trame narrative était la même, mais le rendu et l’impression que tu as après la lecture ou après le visionnage est tellement différente que je ne saurais dire. L’adaptation anime de Death Note était plutôt réussie, je me souviens avoir beaucoup aimé. Et Erased, un très bon manga encore, mais je n’ai pas vu l’anime, je m’y mettrai peut-être, c’est dommage s’ils ont foiré la fin. Le manga est tellement bien. Et parfois on a aussi des mangas qu’on découvre en anime comme Made In Abyss, parce que pas encore traduit en français, celui là j’ai hâte de voir son rendu en papier. C’était vraiment un excellent anime.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.