Challenges·Chroniques 2018·Coups de coeur·Fantasy·Littérature de l'imaginaire·Mangas·Non classé·Un mois au Japon

Un mois au Japon #1 – Moi quand je me réincarne en slime

Dans le cadre du challenge « Un mois au Japon » avec Hilde et Lou, ce mercredi, je vous propose de découvrir le manga Moi quand je me réincarne en slime, un coup de coeur de ce début d’année. Ce manga de Taiki Kawakami et Fuse est paru en France chez Kurokawa. Trois tomes sont déjà disponibles !

Résumé

Satoru, employé de bureau lambda, se fait assassiner par un criminel en pleine rue. Son histoire aurait dû s’arrêter là, mais il se retrouve soudain réincarné dans un autre monde sous la forme d’un Slime, le monstre le plus faible du bestiaire fantastique. Le voilà équipé de deux compétences uniques : « Prédateur », lui permettant de récupérer les aptitudes de ses adversaires, et « Grand sage », grâce à laquelle il acquiert une compréhension aigüe de son environnement. Mais même muni de ces armes, ses chances de survie semblent encore limitées…

Dès les premières pages nous quittons notre monde pour un univers fantasy dans lequel le personnage principal se réincarne, ce manga n’est pas le premier à faire cela, mais il le fait bien.

On retrouve ainsi dans ce manga tous les codes du RPG sauf que le héros est … un slime, un « gluant », une forme de  monstre qui s’est rendu populaire au travers du jeu Dragon Quest, et qui ressemble à ça :

Slime_(Dragon_Quest)

Et ce qui m’a énormément plu c’est la façon dont le personnage se construit au fur et à mesure du récit et la manière dont il est mis en avant, dont on est projeté dans ses pensées, dans ce qu’il peut ressentir. Il faut imaginer qu’il passe de l’état d’être humain à quelque chose qui n’a ni bras, ni jambe, ni bouche, ni yeux, ni système sanguin, ni organes, etc.

Et dès les premières pages le dessin ou plutôt l’absence de dessin le rend très bien. Satoru met un petit moment à se rendre compte de ce qu’il est, d’où il est, et nous sont décrites, dessinées, ses sensations. Puis il découvre petit à petit sa forme, ses compétences de bases, et notamment celle qui lui permet d’avaler des choses ou des êtres.

Sa progression dans ce nouvel univers est bien faite, semblable à un RPG où l’on monte de niveaux et acquiert des compétences au fur et à mesure du jeu, notre slime évolue et devient de plus en plus fort. Très vite Satoru devient « Maître Limule » et de slime tout faible, au fur et à mesure des rencontres devient plutôt balaise (pour un slime). Et tout cela se fait sans pour autant que nous oublions qu’il s’agit d’un être humain réincarné, de petites références à sa vie d’avant émaillant l’histoire. Nous pouvons assister ainsi à des scènes assez cocasses où notre slime se fait cajoler par une armée de jeunes filles en extase devant ce gluant trop mignon.

L’un des points forts du manga est son ton toujours optimiste, malgré la situation dans laquelle se trouve le héros, réincarné en la créature la plus basique d’un univers fantasy classique. Pourtant sa situation n’est pas des plus réjouissantes mais il fait toujours face à l’adversité avec détermination. Cela rend le personnage attachant. Les personnages qu’il rencontre sont également bien construits et j’ai hâte de voir le développement de l’univers.

Le tout est soutenu par un dessin très efficace, arrivant à retranscrire les émotions et les actions de notre slime. Au fur et à mesure des découvertes de Satoru : la forme de son corps, réussir à parler, à voir, s’approprier la forme d’autres personnes ou objets, le dessin du slime s’enrichit et ça rend vraiment bien. De plus les créatures de ce nouveau monde ont un design vraiment sympa, j’ai beaucoup aimé les gobelins.

Et dernier point, comme dans d’autres récit, une grande importance est donnée au nom des êtres, un pouvoir est accordé à ceux qui possèdent un nom, je trouve cela intéressant. Le pouvoir des noms, déjà vu dans beaucoup d’oeuvres différentes.

Je dirais donc que ce manga dont le thème peut surprendre au premier abord m’a beaucoup plu, notamment du fait de la nature originale du héros, de l’humour omniprésent et de l’optimisme débordant de notre slime pourtant dans une position peu agréable.

Et vous connaissiez vous cette série? Qu’en pensez-vous?

Mercredi prochain je vous parlerai d’un autre de mes coups de coeur mangas, on restera dans un genre assez proche avec « Gloutons et Dragons », là encore une revisite des aventures au sein d’univers fantasy classique.

gloutonsetdragonstome1

Info en + : Au départ, ce manga est un light novel écrit par Fuse et illustré par Mitz Vah, l’adaptation en manga n’est venue qu’en suite, dès 2015.  A la fin de chaque volume, nous retrouvons le récit des aventures de Satoru du point de vue d’un autre personnage qu’il rencontre dans le premier tome, rappelant l’origine du manga tout en apportant un point de vue différent sur l’action.

Cette lecture comptera également pour le challenge Littérature de l’imaginaire =)

 

11 commentaires sur “Un mois au Japon #1 – Moi quand je me réincarne en slime

    1. eh bien je dois avouer que sans mon copain moi aussi je serai passée à coté, et je ne regrette pas de l’avoir écouté pour cette lecture ^^ Gloutons et dragons dont j’aimerais parler la semaine prochaine est également un manga avec un titre et un thème improbable, je trouve que ça change un petit peu, ça fait du bien! =)

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s